Aller au contenu principal

Nous unissons nos voix aux organisations sociales colombiennes et aux communautés en résistance pour clamer haut et fort : « le conflit en Colombie relève d'une guerre impérialiste » financée et alimentée à plusieurs niveaux par les intérêts économiques du Nord.

D’un côté, les dynamiques du capital, souvent présentées comme des mécanismes de coopération économique visant à permettre le développement, sont en réalité des politiques pour renforcer le pouvoir des compagnies canadiennes de spolier les richesses de la Colombie. À titre d’exemple, rappelons qu’à la fin des années 1990, l'ancienne Agence de développement international (ACDI)1, s'est directement impliquée pour modifier les cadres législatifs, particulièrement dans le secteur minier, en faveur des entreprises étrangères. Ces réformes qui ont permis aux compagnies canadiennes en Colombie d’augmenter fortement leurs profits, grâce au code minier de 2001, fait sur mesure pour les entreprises transnationales. Dans la même logique, la production agricole canadienne y est écoulée à bas prix détruisant l'économie paysanne. Aussi, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a signé en 2008 un accord de libre-échange qui a contribué à renforcer les droits du grand capital canadien en Colombie et à dorer l'image du gouvernement d’Alvaro Uribe -dénoncé par ses liens avec le paramilitarisme.

Image
Profiteurs canadiens - Dessin homme d'affaire avec valise remplie d'argent et plusieurs logos de compagnies sur son veston

D’un autre côté, les besoins de sécurité des compagnies canadiennes soufflent sur les braises du conflit. Ainsi, les entreprises minières, pétrolières et du cannabis (depuis 2015 pour ce dernier) y revendiquent la « sécurité de leurs investissements » qui se traduit par des brigades militaires chargées de la protection des mines et des oléoducs, des troupes paramilitaires qui provoquent de déplacements de la population par des massacres et déplacements forcés. Les services d’intelligence militaire que les entreprises canadiennes peuvent contracter avec l’armée en Colombie se sont soldés parfois par des rapports d’intelligence qui ont servi à mettre en prison des membres des communautés locales qui luttent contre les projets extractivistes menés sur leurs terres par des compagnies canadiennes. Parallèlement, des tueurs à gage qui éliminent les organisations syndicales, etc.

Et sur cette liste nous inscrivons, entre autres : Medoro Ressources pour ses manigances visant à déplacer un village complet pour y construire une mine à ciel ouvert (village de Marmato, Département de Caldas), la Greystar pour ses projets d'extraction causant la contamination de nappes phréatiques (nouveau projet à Santurban, Dép. Santander), les pétrolières canadiennes dont la Petrobank, la Petrominerales,  la Grantierra pour leur colonisation de l'Amazonie, cause de destruction environnementale et de déplacements de populations; Pacific Rubiales Energy qui a exploité des champs pétrolifères dans la région de Puerto Gaítan entre 2004 et 2016. Dans ces champs ont travaillé, en sous-traitance, environ 14 000 ouvriers syndiqués ayant subi des menaces de morts, attentats, diffamations publiques.

En tant que Canadiens et Canadiennes, nous pouvons briser l'impunité avec laquelle agissent ces entreprises.

Ciblons les profiteurs canadiens de la guerre !

1 Pour plus d’information sur l’histoire de l’ACDI, voir l’article de l’Encyclopédie canadienne.

 

Consulter la brochure "Ciblons les profiteurs canadiens de la guerre en Colombie" :

 

NOS CAMPAGNES :

  • Campagne de dénonciation contre les violations de droits perpétrées par la compagnie minière canadienne Aris Mining qui opère en Colombie (2023 - présent) 

  • Campagne de mobilisation pour que la Caisse de dépôt et placement du Québec cesse de financer le projet HidroItuango (2018 - 2019)