Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Action Urgente: brutalité policière survenues dans la nuit du 9 septembre.

10 September 2020

Les organisations sociales et de défense des droits humains de la ville de Bogota publient une action urgente en réponse aux événements qui se sont produits la nuit dernière dans la capitale du pays. Les organisations signataires détaillent les événements, les agressions et présentent quatre pétitions, dont une réforme structurelle de la police nationale pour éviter que ces événements ne se reproduisent.

Les organisations de défense des droits humains et des droits sociaux soussignées sont PRÉOCCUPÉES par les graves actes d'usage excessif de la force et d'abus de pouvoir de la police colombienne, qui ont violé les droits à la vie et à l'intégrité personnelle des citoyens colombiens qui ont participé aux manifestations publiques pour rejeter l'assassinat de l'avocat Javier Ordoñez par une partie de la police nationale.

LES FAITS :

Le 9 septembre 2020, date à laquelle la Colombie commémore la Journée nationale des droits humains, des membres de la police nationale ont assassiné l'avocat Javier Ordoñez dans le quartier Villaluz de la ville de Bogotá en utilisant à plusieurs reprises des décharges électriques contre son corps pendant environ cinq minutes, malgré les supplications de la victime, de sa famille et de ses amis.

Par la suite, Javier Ordoñez a été emmené dans une voiture de patrouille de la police nationale et conduit à un Centre d'attention immédiate -CAI, où il aurait de nouveau été battu, et n'a été emmené dans un établissement clinique qu'à la demande de sa famille et de ses amis, où il est mort des suites des actes de torture perpétrés à son encontre.

Dans la soirée, alors que ses proches organisaient paisiblement une veillée funèbre sur les lieux des événements, des membres de la police nationale étaient présents aux alentours du complexe résidentiel, brandissant leurs pistolets laser, avec lesquels ils ont causé la mort de Javier Ordoñez, dans un acte manifeste d'indolence et d'intimidation de ses proches.

Cette situation a suscité l'indignation et la répudiation sociale, étant donné la répétition d'actes d'abus et l'utilisation excessive et arbitraire de la force contre les citoyens et les manifestants, particulièrement grave étant donné ce qui s'est passé lors de la pandémie COVID19 , où l'on rapporte le meurtre de 39 personnes qui ont participé aux manifestations des derniers mois.

La brutalité policière du 9 septembre a été alarmante. Nous souhaitons présenter une liste provisoire des personnes dont les droits à la vie et à l'intégrité personnelle ont été affectés dans la ville de Bogota en conséquence d'actes directs du personnel de la police nationale :

Vers 22 heures, dans le quartier Verbenal de la ville de Bogota, le personnel de la police nationale a tiré à l'aide d'armes à feu sur Camilo Hernández, qui a été touché à la tête, provoquant sa mort instantanée. Camilo était un travailleur domestique.

De plus, après avoir causé sa mort, ils n'ont fourni aucune assistance, se contentant d'errer autour de son corps.

Nous avons également été informés que lors d'événements survenus dans le quartier de Verbenal, le jeune Jaider Alexander Fonseca Castillo a été assassiné. Il avait 17 ans, était père d'un enfant de 7 mois et travaillait dans un restaurant. La victime avait trois blessures, une à un bras et deux à une jambe.

Cristian Hurtado Menecé, 27 ans, a été tué à la suite de brutalités policières à Ciudad Verde (municipalité de Soacha). La famille a reçu les documents personnels de Cristian. Dans la morgue de l'hôpital cardiovasculaire, il y avait plusieurs policiers, tandis que la famille a été emmenée hors de l'établissement hospitalier.

Germán Smith Puentes, un résident de 25 ans et père d'un garçon de sept ans, a été assassiné dans la ville de Suba, alors qu'il revenait du travail. Il était à vélo et a reçu une balle dans la tête. Il a été transporté à l'hôpital de Suba, où il est mort.

Andrés Rodríguez a reçu une balle dans l'abdomen et a été transporté à l'hôpital Simón Bolívar, où il est mort.

Nous avons également appris que les personnes suivantes sont actuellement hospitalisées, avec des blessures plus ou moins graves

- Jonathan Urrea, qui a été blessé au genou par une balle.

- Juan Sebastián Banza, qui présente une blessure par balle à l'épaule.

- Luisa Fernanda Beltrán, a été blessée au genou prétendument par une balle, l'état de santé est stable, les faits se sont déroulés vers 21h30 dans le quartier Verbenal, sont actuellement en cours d'évaluation pour déterminer s'il y a une implication tissulaire du genou, afin de décider s'il faut pratiquer une intervention chirurgicale.

- Farley Garzón Marín, 23 ans, a subi un impact de projectile sur sa jambe droite, effectué dans le quartier de Verbenal, jusqu'au matin du 10 septembre, il n'avait reçu que des médicaments contre la douleur.

- Manuel Fernández Acevedo, blessé par balle au dos, est dans un état de santé délicat à l'unité de soins intensifs, en raison d'événements survenus vers 20h30. Le matin du 10 septembre, nous avons été informés qu'il restera paraplégique, car l'impact de la balle a atteint sa moelle épinière.

- Luis Felipe Corredor a été privé de sa liberté, mis dans un camion, où il a été battu et électrocuté à plusieurs reprises avec un Taser, jusqu'à ce qu'une voiture de patrouille intervienne, empêchant le caractère arbitraire de la procédure.

- Harold Romero a reçu une balle dans l'abdomen et a été transporté à l'hôpital Simón Bolívar pour y être soigné.

- Esteban Toro, blessé par balle au bras, a été l'objet d'une attention particulière à l'hôpital Simón Bolívar.

- Juan Esteban qui a été blessé par une arme à feu au coude et a fait l'objet de soins médicaux à l'hôpital Simón Bolívar.

- Noe Urea, a reçu une balle dans la jambe et a fait l'objet de soins médicaux à l'hôpital Simón Bolívar.

- Carlos Solar a été blessé par balle au bras à Suba et a reçu des soins médicaux à l'hôpital Simón Bolívar.

- Andreu Morales, qui a le visage fracturé, blessé par un objet contondant.

- Iván Ramírez, qui a été blessé par une arme à feu et a fait l'objet de soins médicaux à l'hôpital Simón Bolívar.

Par le biais des réseaux sociaux, des images de personnes en civil, qui utilisent des armes à feu, ont été diffusées sous le regard tolérant et complaisant du personnel de la police nationale. De même, l'utilisation des armes à feu par le personnel de la police nationale a été établie dans les vidéos.

https://twitter.com/Col_Informa/status/1303908831957843970?s=20

https://twitter.com/i/status/1303890647737303042

En outre, nous constatons que les défenseurs des droits humains qui ont participé au travail de vérification ont fait l'objet de menaces et d'intimidations avec des armes à feu par le personnel de la police nationale

Nous rejetons le fait que le personnel du SIJIN, qui fait partie de la police nationale, ait été délégué pour effectuer l'inspection et l'enlèvement du corps du jeune Jaider Alexander Fonseca Castillo.

Ce comportement empêche la réalisation d'une enquête indépendante et impartiale, puisque ce sont ses compagnons d'armes qui sont accusés d'avoir participé à ce crime.

Compte tenu de ce qui précède, nous demandons :

Que l'État colombien mene une enquête approfondie sur les faits rapportés ici et de sanctionner dûment les responsables. Que tous les membres des forces de police qui ont participé à l'opération de Verbenal soient immédiatement suspendus, ainsi que la ligne de commandement qui a participé à ces événements, y compris le commandant de la police métropolitaine de Bogotá.

Que les mesures nécessaires soient prises afin de garantir le droit des citoyens à exercer leurs droits à la liberté d'expression et de manifestation, en rappelant les devoirs et les limites des agents chargés de contrôler les manifestations et le code de conduite des responsables de l'application de la loi.

Etre informer sur les raisons pour lesquelles le personnel de la police nationale a été autorisé à utiliser des armes à feu pour le contrôle des manifestations, ainsi que l'identité des personnes qui ont délivré ces autorisations.

Etre informer sur les mesures prises pour contrôler l'usage de la force par la police nationale lors des manifestations du 9 septembre 2020.

De plus, des réformes structurelles de la police nationale devraient être adoptées, notamment sa séparation du ministère de la défense, le démantèlement de l'ESMAD ( anti-émeute) et la bonne application des protocoles de respect de la protestation sociale.

Author: 
traduction PASC

Optionnel
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.