Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Curvarado : des entrepreneurs stimulent l'invasion des terres des communautés

23 February 2011

Depuis la mi décembre 2010, plus de 200 hectares au sein du territoire collectif du Curvarado sont occupés illégalement par des envahisseurs protégés par les paramilitaires. Des entrepreneurs de compagnies de bananes seraient derrière cette occupation illégale des terres des communautés. Malgré le fait que l’Inspectrice de la police municipale de Carmen del Darien ait finalement, après de nombreuses pressions, émis une résolution d’éviction des occupants illégaux, celle-ci n’a pas été appliquée puisque la police de la région d’Uraba dit ne pas avoir la capacité en termes d’effectifs pour procéder à l’éviction.

Les «para-entrepreneurs» veulent saboter l’ordre de la Cour constitutionnelle concernant la restitution des territoires au communautés. Ils ont aussi dit qu’ils feraient pression sur la Fiscalia afin qu’ils émettent des mandats d’arrestation contre des leaders des zones humanitaires du Jiguamiando et du Curvarado et contre des membres de Justicia y Paz, dans la cadre d’un montage judiciaire à leur encontre.

Le Conseil communautaire mineur de la communauté de Andalucia, le Conseil communautaire mineur de la communauté de Camelias, ainsi que l’Association de Zones Humanitaires et de Zones de biodiversité du Curvarado et du Jiguamiando, lancent un appel urgent à la communauté internationale pour faire pression sur :

le Ministre de l'Intérieur et de la Justice GERMAN VARGAS LLERAS

Tel 0057 (1) 4443100 Ext 1820

german.vargas@mij.gov.co

et le Viceprésident de la République ANGELINO GARZON

Tel (57 1) 4442120, 4442122

Fax (57 1) 4442158

contactovicepresidencia@presidencia.gov.co

afin de leur exiger :

1) Qu’ils entreprennent la coordination avec la Police nationale afin que soit exécutées les actions d'expulsion des occupants illégaux de notre territoire collectif, telles que convenues par la décision de l'inspection municipale de Carmen del Darién.

2) Des garanties de protection pour les actions de récupération des terres affectés par l'invasion que vont entreprendre les membre de nos conseils mineurs du Curvaradó.

(Voir modèle de lettre plus bas)


Communiqué des communautés du Jiguamiandó et Curvaradó à l'opinion publique

Lundi, 21 février 2011

Malgré l’apparente volonté du gouvernement national de restituer notre propriété et la décision de la municipalité de Carmen del Darién reconnaissant qu'il y a une occupation de mauvaise foi sur notre territoire collectif et ordonnant l'expulsion des occupants, les Conseils mineurs de Camelias, Andalucía, Cuenca del Curvaradó et l'Association des Zones Humanitaires et Zones de Biodiversité du Curvaradó et Jiguamiandó, déclarons que :

1. Aucune action d'expulsion n'a été menée. Au contraire, se poursuivent les dommages environnementaux dans les zones de réserve forestière des communautés de Camelias et Andalucía, dans les territoires faisant partie du territoire collectif du Curvaradó.

2. L'ordre de la Cour constitutionnelle du 18 mai 2010 n'est pas respecté. Celui-ci requérait l'adoption de mesures pour qu'aucune action des entreprises, comme ce qui se passe avec cette invasion de nos terres, ne soient poursuivies sur le territoire.

3. Dans le même ordre, on indiquait que le territoire devait être retourné à ses propriétaires authentiques, c'est à dire nous qui habitons traditionnellement ce territoire et avons formé des conseils communautaires mineurs, et non pas à l'occupant de mauvaise foi, qui est un élément de la stratégie dont bénéficie les entrepreneurs. En ce sens, nous sommes les conseils mineurs affectés par cette inaction et nous exigeons l'expulsion et la restitution des zones envahies, en accord avec la décision de la police de la municipalité de Carmen del Darién.

4. Nous avons constaté, lors d'une nouvelle commission de vérification en présence de la Corporación Autonoma del Chocó, Codechocó, que 15 hectares de forêt primaire et secondaire ont été détruits sur les terres de la famille MARTINEZ GALEANO, 30 hectares de forêt secondaire sur celles de la famille TUBERQUIA, 5 hectares de forêt secondaire sur celles de la famille de FERNANDO GONZALEZ. Sur les terres de la famille ALTAMIRANDA, 4 hectares de forêt secondaire ont été affectés, 100 hectares sur celles de la famille IBARGUEN, 6 hectares sur celles de la famille CABRERA, 5 hectares sur celles de la famille GONZALES RECUERO. Les espeèece d’arbres qui ont été coupés illégalement par les occupants de mauvaise foi sont : higuerones, balsos, hobos , laureles, clavellinos, guacimos, robles, caracolies, cedros, yarumos, palma barbasco, palma guerre, pantanos, entre autres.

5. Nous avons constaté la distribution de 110 parcelles de 2,5 hectares chacune, et le sciage de 68 planches de Caracolí, le nettoyage des canaux ouverts par les entreprises de palme, des dommages aux cours d'eau las quebradas la Cristalina, la cienega La Cristalina, el caño la Madre, el caño el Cativo, el humedal el Cativo, tandis qu’ils avancent dans l'ensemencement extensif de plantain et de maïs.

6. La police nationale et son chef le Général Naranjo connaissent la situation et la décision de l'inspection municipale de Carmen del Darién, et n'ont pas réalisé les actions nécessaires pour procédé à l'expulsion des occupants illégaux de nos terres.

7. Compte tenu du fait que l'inaction de la police et l’omission d'exécuter la décision de l'inspection municipale sont une négation de nos droits et un bénéfice pour les occupants de mauvaise foi, nous nous voyons dans l’obligation de préserver cette réserve forestière (déclarée comme telle par ce même gouvernement) et donc de commencer l'ensemencement d'arbres dans les zones affectées.

Nous insistons auprès du gouvernement national et à la police de Carmen del Darién que soit accompli l'ordre d'expulsion existant, parce que cette occupation affecte cette Zone de réserve forestière et les Zones de biodiversité, qui sont de nouveau détruites au bénéfice des éleveurs, palmiculteurs, grands producteurs et entrepreneurs qui occupent notre territoire.

Nous invitons tous et toutes les amis-es des organisations nationales et internationales à nous accompagner à partir de vendredi le 25 février dans le Curvarado pour réaliser nos actions de récupération symbolique du territoire en plantant des arbres sur les terres où les envahisseurs ont coupé la forêt et continuent d’occuper illégalement nos terres.

Sincèrement,

Conseil communautaire mineur de la communauté de Andalucia, Conseil communautaire mineur de la communauté de Camelias, Association de Zones Humanitaires et de Zones de biodiversité du Curvarado et du Jiguamiando.

MODÈLE DE LETTRE À ENVOYER


Montréal, 23 de febrero del 2010.

Objeto : Curvarado – empresarios estimulan ocupacion ilegal de tierras

Dr. GERMAN VARGAS LLERAS,
Ministro del Interior y Justicia

Dr. ANGELINO GARZON,
Vicepresidente de la República

No hemos enterado que más de 200 hectáreas del territorio colectivo de los consejos comunitarios del Curavado se encuentran ocupadas por invasores patrocinados por paramilitares asentados a menos de dos minutos de la presencia de la brigada 17 en Brisas de Curvaradó. Se conoció que empresarios bananeros en Curvaradó se encuentran estimulando esta ocupación de mala fe. La estrategia empresarial de estimular esta invasion ilegal de arias de reserva forestal del territorio de Curvarado se interpreta como un saboteo al auto de la Corte Constitucional y la voluntad del gobierno nacional de acatamiento.

La orden de desalojo resuelta por la Inspectora municipal de Carmen del Darién, luego de una dilatación, no se ha acatado debido a que la policía de Urabá argumenta no tener capacidad para cumplir la decisión policial. Asi, ninguna acción efectiva de desalojo se ha adelantado, al contrario avanzan los daños ambientales en los territorios que forman parte del Título Colectivo del Curvaradó. Ademas, se está desconociendo el auto de la corte constitucional del 18 de mayo de 2010 que requiere la adopción de medidas para que no se realice ninguna actuación empresarial como la que se está haciendo en el territorio a través de esta invasión.

La ultima comisión de verificación que hizo presencia en el terreno a traves de la Corporación Atonoma del Chocó, Codechocó, ha constatado que se han destruido 15 hectáreas en el área de la familia MARTINEZ GALEANO de bosque primario y secundario, 30 hectáreas de bosque secundario en el área de la familia TUBERQUIA, 5 hectáreas de bosque secundario en el área familiar de FERNANDO GONZALEZ. En el área de la familia ALTAMIRANDA han afectando 4 hectáreas de bosque secundario, 100 ha en el área de la familia IBARGUEN, 6 hectáreas en el área de la familia CABRERA, 5 ha en el área de la familia GONZALES RECUERO. Ademas, se constató la distribución de 110 parcelas de 2,5 hectáreas cada una y el aserrío de 68 tablas de Caracolí, la limpieza canales abiertos por las empresas palmicultoras, la afectación a las quebradas la Cristalina, la cienega La Cristalina, el caño la Madre, el caño el Cativo, el humedal el Cativo, y se avanza en la siembra extensiva de plátano y maíz.

Nos preocupa altamente el hecho que la policía nacional en cabeza del General Naranjo conoce de la situación y del fallo de la Inspección Municipal de Carmen del Darién y no ha realizado las acciones pertinentes para proceder al desalojo. En este sentido, insistimos al gobierno nacional, a la inspección de policía de Carmen del Darién, que haga cumplir la orden de desalojo existente, pues con esta ocupación se está afectado esta Zona de Reserva Forestal, las Zonas de Biodiversidad que están nuevamente siendo destruidas beneficiando a ganaderos, palmeros, plataneros, empresarios que ocupan ilegalmente el territorio colectivo.

Les solicitamos se adelante de manera urgente la coordinación con la Policía Nacional de las acciones de desalojo en cumplimiento del fallo de la inspección municipal de Carmen del Darién y solicitando garantías de protección para las acciones de dignificación y recuperacion del territorio que adelantaran los miembros de los consejo menores del Curvaradó afectados por la invasión, a partir del viernes 25, sembrando con arboles la tierras invadidas que han sido deforestadas y que siguen siendo ocupadas ilegalemente.

Atentamente,

VOTRE NOM

ORGANISATION (s'il y a lieu)

CANADA

Source: 

Themes: 

Region: