Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Nariño et Cauca votent contre l'exploitation minière

30 December 2021

« Êtes-vous d'accord avec le développement d'activités d'exploration et d'exploitation minières souterraines et/ou à ciel ouvert à petite, moyenne ou grande échelle dans votre territoire ? » était la question posée lors de la consultation populaire légitime qui s'est tenue le 19 décembre 2021 dans le nord du département de Nariño et le sud du département de Cauca. 99,8 % des votants ont répondu NON. Cet exercice populaire s'est déroulé dans les municipalités de San Pablo, La Cruz, Belén, Colón et San Pedro (Nariño), ainsi qu'à Florencia (Cauca). Au total, 30 318 personnes ont participé au vote.
 
Depuis le début du mois d’octobre, les communautés et les processus sociaux de ces six municipalités du Massif colombien se sont mobilisés pour organiser ce mécanisme d'action populaire.

 

Vous pouvez lire : Mobilisations contre la minière AngloGold Ashanti

 

En 2020, l'Agence nationale des mines -ANM- a publié le rapport La minería en tiempos de COVID-19, qui affirme que la solution pour la réactivation économique de la Colombie face à l'impact de la pandémie est d'attirer les investissements dans le secteur minier. Actuellement, 102 demandes et 16 titres miniers concernent directement cette région du sud-ouest de la Colombie. C’est cette situation qui a alarmé les municipalités en question et a déclenché le processus d'organisation de la consultation.

« Entre 2011 et 2012, l'exploitation minière a tenté de pénétrer notre région. Après avoir appris que le gouvernement accordait des titres miniers aux multinationales, nous avons commencé à observer comment ces entreprises délaissent les zones qu’elles exploitent; elles sont totalement détruites, remplies de cyanure et de mercure. Nous avons commencé à nous demander si c'était ce que nous voulions dans notre territoire. Et nous avons décidé que non, cela ne correspond pas à notre vocation, à notre utilisation de la terre et à la perception de la nature que nous avons en tant que communautés paysannes », déclare Duby Ordoñez, une leader paysanne.
 
La multinationale sud-africaine et inscrite à la bourse de Toronto, AngloGold Ashanti, est l'une des entreprises qui souhaite réactiver les projets d'exploration et d'exploitation dans la région. Cette entreprise est connue pour les dégâts qu'elle a causés dans le pays. Dans la communauté de Providencia (Antioquia), où la société est active, plusieurs cas de violations des droits humains, de militarisation et de violence accrues sur le territoire, de persécution des mineurs artisanaux traditionnels, de désintégration du mode de vie paysan et d'impacts environnementaux importants ont été constatés. 
 
D’autre part, les maires des municipalités de Florencia, Bolívar et Mercaderes ont reçu une offre de 50 millions de pesos et un lingot d'or en échange de ne pas prendre de mesures contre l'exploitation minière. Ce n’est pas connu s'il s'agissait d'une offre des minières illégales ou de la multinationale dont les titres ont été accordés. Aucun d'entre eux n'a accepté le montant offert.
 
« Les jeunes de Belén se sont réunis pour protéger un bien commun et nous le faisons par l'éducation afin que les gens comprennent et s'approprient ce problème qu’apporte l'impact de l'exploitation minière, qui n'est pas seulement le nôtre, mais celui du monde entier. Notre Mont  la amatista est la source de vie de la région. Notre nature est un atout inestimable, c’est pourquoi notre slogan en tant que jeunes est que l'eau vaut plus que l'or », a déclaré Whitmann Ortega Gómez, un jeune du territoire.
 
Le succès de ce mécanisme d'action populaire signifie que les habitants envoient un message clair : ils ne veulent pas de la présence de multinationales sur leur territoire. Ils veulent contribuer à la construction d'un pays meilleur et cette consultation est une source d'inspiration pour les autres municipalités touchées par l'exploitation des multinationales.


 

Author: 
PASC