Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Caravane humanitaire pour la vie et la permanence sur le territoire

17 Octubre 2021

Dans le département du Chocó, les communautés riveraines du fleuve san juan vivent une grave crise humanitaire : les combats entre les groupes armés ont provoqué le confinement et le déplacement des populations.

Signer le formulaire en ligne ci-dessous 

Les organisations soussignées, alarmées par la grave situation de violation des droits humains qui qui a lieu dans le département de Chocó à l'encontre des communautés noires et autochtones qui habitent la rivière San Juan, demandent aux organisations nationales et internationales de défense des droits humains et aux organes multilatéraux des Nations Unies d'exiger du gouvernement colombien, dirigé par le président IVAN DUQUE MARQUEZ, qu'il prenne des mesures immédiates de prévention, de protection et d'aide humanitaire en faveur des communautés en raison des événements décrits ci-dessous.

 

LES FAITS :

 

1) Le 21 juin 2021, l'armée colombienne a fait irruption dans la communauté de Monte Bravo, Corregimiento de Panamacito - Istmina. Les membres de l’armée ont tiré sans discernement sur la population et d'autres civils à proximité du lieu des événements. Ils sont entrés dans les maisons des locaux sans avertissement préalable ni mandat de perquisition et ont volé : 3 téléphones portables, 1 ordinateur et plus de 5 000 000 $ en espèces à la communauté. Ces objets ont ensuite été présentés dans les médias nationaux comme ayant été saisis aux guérilleros.

https://www.colombiainforma.info/grave-situacion-humanitaria-para-las-comunidades-del-rio-san-juan-en-choco/

 

2) Depuis ce qui s'est passé à Monte Bravo, on signale constamment des montées et descentes d'hélicoptères dans les communautés du fleuve San Juan, notamment les municipalités d'Itsmina, Medio San Juan, Litoral San Juan, Novita et Sipí.

 

3) Le 13 août à midi, des groupes paramilitaires ont fait une descente dans la communauté de Dipurdú el Guácimo, identifiés comme les Autodefensas Gaitanistas de Colombia -AGC- ou le Clan del Golfo (Clan du Golfe). À leur arrivée, les groupes armés ont organisé des réunions avec la communauté, ils cherchaient des individus spécifiques. Cela a entraîné un déplacement massif parmi les habitants de Dipurdú el Guácimo vers les communautés de Isla de Cruz, La Unión et San Miguel. Les 14, 15, 16 et 17 août, des combats ont éclaté entre l'AGC et la guérilla de l'ELN. Ces événements ont touché un peu plus de 1250 personnes vivant dans 540 maisons dans la communauté de Dipurdú.

https://noticias.caracoltv.com/informes-especiales/dramatica-guerra-en-el-choco-asi-son-las-batallas-en-el-rio-san-juan

 

4) Le 15 août, la communauté de Pitalito, dans le Litoral del San Juan a dénoncé le recrutement forcé d'un mineur de 12 ans par l'AGC.

Le même jour, on signale la présence de groupes armés identifiés comme des paramilitaires de l'AGC dans la communauté de Puerto Pizairo, sur la route de Docordó, sur la côte de San Juan.

 

5) Le 18 août, une personne de la communauté de Dipurdú el Guácimo a été blessée par une mine antipersonnel. L'ELN aurait exploité la zone autour de la communauté en raison de la présence de l'AGC sur le territoire.

https://www.rcnradio.com/colombia/pacifico/campesino-cayo-en-campo-minado-en-medio-san-juan-choco

 

Le 18 septembre, une grave crise humanitaire est survenue dans les communautés de La Unión, Isla de Cruz et San Miguel ; étant donné que celles-ci ont subi les effet du déplacement massif de la communauté de Dipurdú el Guácimo el Guácimo, à cette date, elles se trouvaient sans nourriture ni provisions en raison de leur confinement et ne pouvaient pas se rendre sur leurs parcelles de terre pour gagner leur vie. Environ 66 familles (167 personnes) ont trouvé refuge dans la communauté de Isla de Cruz. Quelque 474 familles (1083 personnes) ont trouvé refuge dans la communauté de San Miguel, municipalité de Medio San Juan. En outre, une centaine de familles (environ 300 personnes) se trouvent en situation de confinement dans la communauté de Dipurdú Guácimo.

https://www.radionacional.co/regiones/choco/desplazamiento-medio-san-juan-300-afectados .

 

Le même jour, à 17 heures, l'armée est présente dans la communauté de Dipurdú. Elle force un villageois à lui remettre son bateau pour pouvoir remonter la rivière. En plus du vol et de l'intimidation des paysans, des membres de l’armée se sont installés à l'intérieur des maisons des villageois en violation de l'article 3 du droit international humanitaire. Malgré la présence de l'armée dans la région, l'avancée de l'AGC dans la rivière San Juan et les combats avec l'ELN n'ont pas cessé, au contraire, ils progressent vers les communautés voisines comme Isla de Cruz.

https://www.telesurtv.net/news/alertan-violencia-armada-crisis-humanitaria-choco-colombia-20210818-0007.html

 

6) Depuis le 26 août, différentes organisations de défense des droits humains ont dénoncé la présence de groupes paramilitaires identifiés comme l'AGC ou le Clan del Golfo près de la communauté de Pichimá, après qu'ils aient assiégé la communauté autochtone de Togroma Quebrada. Le 30 août, l'AGC aurait à nouveau pénétré la communauté vers 13 heures. On sait qu'au moins 20 membres de ce groupe armé intimidaient la population et semaient l'inquiétude.

 

7) Le 6 septembre, des rumeurs ont commencé à circuler sur une possible incursion paramilitaire de l'AGC dans la communauté de San Miguel, dans la municipalité de Medio San Juan.

 

8) Le 7 septembre à midi, la présence de personnes armées identifiées comme membres de l'AGC a été confirmée dans la communauté de Isla de Cruz. En raison de cet événement, une grande partie de la communauté de Isla de Cruz s'est déplacée vers Dipurdú el Guácimo où l'armée nationale est stationnée, et vers la communauté de San Miguel. En conséquence, on signale 84 maisons abandonnées et un total de 250 personnes déplacées, dont 72 mineurs.

 

Aujourd'hui, Radio Nacional de Colombia a signalé le déplacement de 28 familles du village de La Playa, dans la municipalité de Lloró, Chocó, le long de la route Quibdó- Itsmina, près de la municipalité de Yuto. Comme l'ont rapporté les médias, le médiateur municipal Fredy Abadía et la secrétaire du gouvernement Adelinda Córdoba Rentería ont indiqué que seulement 50 % de la population avait été déplacée, car les acteurs armés, qui se sont identifiés comme appartenant au Clan del Golfo, ont volé trois moteurs et une moto Sierra à la communauté, obtenus par le biais du conseil communautaire.

https://www.radionacional.co/regiones/choco/desplazamiento-familias-lloro https://web.facebook.com/103497015341219/videos/1928118014058114

 

Le même jour, le 7 septembre, la communauté autochtone de Puerto Pizarro a dénoncé la présence de membres de l'AGC et de l'ELN sur le territoire. Selon les rapports, les habitants de la communauté ne quittent pas leurs maisons, car les paramilitaires sont dans la brousse autour du village et sont fréquemment vus à l'intérieur de la communauté, ce qui met les habitants de la communauté en grand danger. En conséquence, il y a des rapports de 3 combats à Puerto Pizarro sur le chemin de la côte de San Juan.

 

9) Les communautés appartenant au fleuve San Juan sont effrayées et en proie à une grande anxiété en raison de la présence de groupes armés sur leurs territoires. L'armée nationale, les forces d'autodéfense gaitanistes de Colombie (AGC) et l'ELN se trouvent à proximité et une confrontation entre ces acteurs est possible à tout moment.

 

10) Le 12 septembre 2021 à 14h00, des hélicoptères ont survolé les villages de Panamacito, Puerto Olave, Monte Bravo, Cocove entre autres. La communauté a dénoncé le fait que trois hélicoptères survolaient la zone en question, et que l'un d'eux aurait atterri près du village. Ces survols ont commencé à 14h00 et ont été constants jusqu'à 15h00.

Le même jour, l'armée nationale était présente dans la communauté de Isla de Cruz, où elle est restée jusqu’au, 24 septembre. Le 13 septembre, des combats ont éclaté dans le village de San Miguel, municipalité de Medio San Juan. Cela a eu lieu à 15h34, entre les paramilitaires de l'AGC et les guérilleros de l'ELN. Vers 17 heures, des hommes armés, apparemment à l'AGC, ont débarqué dans la communauté et les habitants se sont sentis anxieux et ont eu peur de ce qui pourrait leur arriver. A 7h15, il y a une prolongation des combats entre l'ELN et l'AGC.

https://www.semana.com/nacion/articulo/atencion-se-reportan-enfrentamientos-entre-las-agc-y-el-eln-en-san-juan-choco/202151/

 

11) Le 16 septembre 2021, l'ancien gouverneur autochtone Efraín Domico de la réserve Chidima-Acandí, dans le département de Chocó, a été assassiné. https://cablenoticias.tv/denuncian-que-exgobernador-indigena-efrain-domico-fue-asesinado-este-jueves/

Le même jour, à 4 heures du matin, des tirs d'artillerie lourde ont été entendus sur les affluents des rivières Copomá et Simicama, près de la communauté de Corriente de Palo, dans le Litoral del San Juan. Les communautés touchées vérifient les faits.

 

 

https://www.elnuevosiglo.com.co/articulos/09-17-2021-bombardeo-campamento-del-eln-dejo-6-personas-muertas

 

Des survols ont également eu lieu dans les communautés de Loma De Chupey et Teatino, dans la municipalité de Sipí. À 17h50, l'hélicoptère est passé au-dessus des toits des maisons, provoquant peur et anxiété chez les habitants.

https://web.facebook.com/103497015341219/videos/265109481977113

 

À 18h20, deux bombardements ont été entendus dans la médiation de Puerto Murillo sur la rivière Copomá, où les premiers événements de la matinée ont été signalés, mais on ne sait pas exactement ce qui s'est passé.

 

12) Le 17 septembre, le jeune Efraín Bailarín Carupia, ex-gouverneur de la réserve Chidima à Acandí Chocó, qui était depuis peu membre de la Garde autochtone, est assassiné.

https://www.cablenoticias.tv/nuevo-asesinato-de-lider-indigena-en-el-choco/

 

13) L'Association du Cabildo du peuple Wounaan a dénoncé dans un communiqué d'alerte précoce que le 19 septembre vers 14h00, plus de 100 hommes lourdement armés sont arrivés et ont encerclé la communauté de Unión Chocó, ce qui a généré de la peur et de l'anxiété car cela a immédiatement conduit à un confinement avec un risque élevé de déplacement. La communauté Unión Chocó compte environ 114 familles pour une moyenne de 592 habitants, San Cristóbal compte 63 familles et 397 habitants et Puerto Olave compte 60 familles et 292 habitants.

 

14) Le 23 septembre, des survols d'hélicoptères ont été enregistrés dans la communauté de Tamana à 16h00. Le vendredi 24 septembre, les survols ont continué, à 13h00 deux hélicoptères ont survolé les communautés de la rivière Tamana, survolant la zone pendant un peu plus de 17 minutes.

 

15) Le 26 septembre, l'Église catholique met en garde contre le déplacement de 1200 autochtones à Chocó. Les diocèses d'Itsmina et de Tadó mettent en garde contre de nouveaux déplacements des communautés de Medio San Juan et Bajo Baudó, notamment des communautés autochtones Wounaán, en raison des affrontements entre l'AGC et l'ELN. Selon eux, 250 familles ont été déplacées du village de Puerto Olave.

https:www.facebok.com/106064209421417/posts/4538181386260379/?sfnsn=scwspmo

 

16) Nous alertons la communauté nationale et internationale du fait que les événements et la violence décrits ci-dessus se reproduisent de manière presque identique dans différentes régions du pays. Ces cas récurrents mettent en lumière la militarisation par des organismes officiels en coordination avec des organisations illégales. Ceci fait partie d'une politique d'État visant à contrôler des territoires géostratégiques au service du modèle extractiviste (exploitation minière et trafic de drogue), ainsi qu'à démanteler les organisations sociales et leurs dirigeants.

 

Compte tenu de ce qui précède, nous demandons :

 

Premièrement, que la réponse de l'État face aux faits dénoncés ne doit pas être une plus grande militarisation des territoires ; cette réponse aux problèmes structurels des communautés est devenue un facteur de violence et de violation des droits humains. Elle a également contribué à l'aggravation des problèmes actuels de la rivière. Au contraire, un suivi et une enquête par les institutions de contrôle sont demandés concernant les actions des forces militaires, car elles sont devenues un autre acteur qui victimise les populations avec leurs actions arbitraires, déplaçant, confinant et retenant les habitants et les mettant au milieu des balles, aggravant les problèmes actuels du territoire.

 

AUX ORGANISATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES :

 

Nous vous demandons de participer à la diffusion et à la visibilisation de l'initiative « Caravane humanitaire pour la vie et la permanence sur le territoire » qui se réalise sur le fleuve San Juan et qui aura lieu en novembre 2021. Mener une campagne de diffusion massive sur les réseaux sociaux en faveur de la Caravane humanitaire et des autres actions qui seront menées sur le territoire ; inviter les organisations sociales nationales et internationales à se joindre à cette initiative qui vise à apporter une réponse immédiate aux problèmes actuels.

 

Au gouvernement national :

 

- La mise en œuvre et le respect des accords de paix signés à La Havane (Cuba) et ratifiés dans le théâtre du Colón entre les FARC-EP et le gouvernement national, ainsi que le chapitre ethnique.

- Se conformer aux recommandations formulées par le bureau du médiateur dans l'alerte précoce n° 020 de 2021 et veiller à leur respect.

- Respecter et faire respecter les ordonnances et mesures conservatoires Auto 040 de 2018, Auto 005 de 2009, et Auto 091 du 24 février 2017 de l'honorable Cour constitutionnelle.

- Reconnaître les communautés comme acteur communautaire ethnique non armé, respectant l'intégrité de ses membres, ainsi que l'autonomie sur leurs territoires ancestraux et l'exercice de la libre autodétermination de leur vie.

Aux entités gouvernementales (locales, régionales et nationales) :

❖ Mettre en œuvre efficacement les itinéraires d'action et les mesures d'attention à la population déplacée de force et confinée.

Mettre en œuvre efficacement des mesures visant à prévenir les déplacements forcés et à protéger les droits à la vie, à la liberté et à l'intégrité de toutes les communautés.

 

Aux entités étatiques qui font partie du CERREM :

 

❖ Adopter et mettre correctement en œuvre chacune des mesures de protection collective demandées par l'ACADESAN par le biais du procès-verbal du 26 mars 2021.

 

Aux entités qui font partie du ministère public (Personerías, Defensoría del Pueblo et Procuraduría General de la Nación) et aux mairies municipales :

 

Prendre et traiter d'urgence devant l'UARIV les déclarations de déplacement et de confinement forcés.

Le Ministère public à exiger que les autorités nationales, départementales et locales se conforment strictement à leurs compétences et enquêtent sur l'action ou l'omission des fonctionnaires dans les cas de violations des droits humains sur le territoire.

 

À l'Unité pour l'attention et la réparation intégrale des victimes (UARIV) :

 

Dans le respect des principes de complémentarité et de subsidiarité, garantir une attention humanitaire aux communautés, aux familles et aux individus touchés par les déplacements forcés et l'enfermement.

Reconnaître et inclure dans le registre unique des victimes (RUV) le déplacement et l'enfermement forcés de chacune des communautés, familles et personnes affectées.

 

Au bureau de l'Ombudsman et au bureau du Procureur Général :

 

Surveiller et contrôler les entités gouvernementales afin qu’elles garantissent la protection et l'attention à la population déplacée, confinée et à risque.

Diriger ou accompagner des missions humanitaires sur les territoires de San Juan pour garantir les soins et contribuer à la protection des communautés.

 

Aux organisations internationales (telles que le HCR, le CICR, le MAAP-OAS, l'OCHA, les droits de l'homme de l'ONU, entre autres) et aux organisations non gouvernementales qui défendent les droits humains :

 

Soutenir et promouvoir la réalisation et l'accompagnement de la « Caravane humanitaire pour la vie et la permanence sur le territoire » qui est en train d'être planifiée à partir des différentes autorités locales, des organisations sociales, des droits humains et des communications.

Promouvoir l'initiative du Refuge Humanitaire pour la permanence sur le territoire.

Réaliser une campagne à travers les réseaux sociaux pour diffuser et accompagner les problèmes présents dans la zone de San Juan. Comme action urgente, sortez un badge, un drapeau et/ou un message qui exprime la solidarité avec les communautés noires et autochtones de la rivière San Juan.

 

Actions : À toutes les organisations signataires, ainsi qu'aux autres collectifs et organisations participant à la diffusion de cette initiative, de présenter cette action urgente aux différentes institutions locales, régionales, nationales et internationales. De même, avec l'Unité régionale des victimes, le ministère de la Colombie et le gouvernement national.

 

ORGANISATIONS SIGNATAIRES

 

RED DE DERECHOS HUMANOS DEL PACIFICO COLOMBIANO –REDDHHPAC-

ASOKINCHAS

MEDIO DE COMUNICACIÓN CANALETEANDO

DIÓCESIS DE ITSMINA – TADÓ

CHOCÓ ARTESANO

RENACIENTES (PCN)

RED PROYECTO SUR

LA PIEDRA EN EL ZAPATO

COLOMBIA INFORMA

TROCHANDO SIN FRONTERAS

COMUNICA SUR

VIDA DIGNA

REDEPAZ

LEY TOCO

CORPORACIÓN LA GOTA

HUMANIDAD VIGENTE

COMITÉ DE DERECHOS HUMANOS CONGRESO DE LOS PUEBLOS

CORPORACIÓN DESCOLPAZ

CONCEJO COMUNITARIO GENERAL DEL SAN JUAN (ACADESAN)

COLECTIVO ARTISTICO Y CULTURAL CLAUDICANTES

EMIGRANDO SIN FRONTERAS

CONCEJO COMUNITARIO MAYOR DEL SAN JUAN Y PARTE DEL MEDIO SAN JUAN (COCOMINSA)

PROCESO DE MUJERES FORJADORAS DEL CAMINO – LITORAL DEL SAN JUAN

ASOCIACIÓN CAMPESINA DEL MEDIO SAN JUAN (ASOCAMESAN)

LA COMISIÓN INTERÉTNICA DE LA VERDAD DEL PACIFICO (CIVP)

RED DE HERMANDAD Y SOLIDARIDAD POR COLOMBIA (REDHER)

PROCESO DE MUJERES EMPRENDEDORAS COSECHANDO ESPERANZA – ISTMINA

PROCESO DE COMUNIDADES NEGRAS (PCN)

LA COORDINACIÓN REGIONAL DEL PACIFICO (CRP)

ASOCIACIÓN NACIONAL DE DESPLAZADOS DE COLOMBIA (ANDESCOL)

ASOCIACIÓN DE VÍCTIMAS DEL PUEBLO WOUNAAN DE BOGOTÁ (ASOVIWB)

MUNDO PACIFICO: EL PACIFICO A UN CLICK DE DISTANCIA

COLECTIVO SOLIDARIO ACCIÓN PERMANENTE POR LA PAZ

Signer le formulaire en ligne ci-dessous 

Autor: 
https://caravanasanjuan.org/

Optionnel
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.