Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Pacific Rubiales: encore là où il n'en faut pas…

16 Septiembre 2015

Cette fois, Pacific Rubiales Energy, l'entreprise canadienne la plus puissante de Colombie, agit sous le nom de sa filiale Alange Energy Corp, pour installer le projet COR-33 dans le páramo de Sumapaz, en Colombie. Mentionnons que Pacific Rubiales bénéficie de l'appui du gouvernement canadien qui lui a accordé, seulement pour 2014, un financement d'environ 50 millions de dollars (source: Exportation et Développement Canada).

Un páramo est un écosystème unique, que l'on trouve en altitude, dans la Cordillère des Andes, entre la limite des forêts et les neiges éternelles. Les páramos sont reconnus pour leur rôle important d'absorption et de libération de l'eau, soit 75 % des réserves d'eau de la Colombie, et abritent une faune et une flore variées dont une grande partie vit exclusivement dans les écosystèmes de páramos. C'est le cas des frailejones, des plantes qui poussent d'un centimètre par année et peuvent mesurer de 5 à 6 mètres. On les retrouve en Équateur, au Venezuela, au Pérou, au Costa Rica et en Colombie, qui est l’hôte de 60 % des páramos du monde1.

La faiblesse des normes environnementales et de leurs applications, en plus des incohérences entre la normativité et l'attribution des permis environnementaux a permis que de nombreuses zones supposément protégées soient cédées en concession aux multinationales à des fins d'exploration et d'exploitation. Si c’est le cas d’Alange dans le páramo de Sumapaz, l’exemple de la lutte des groupes qui se sont mobilisés contre le projet de l’entreprise GreyStar, devenue EcoOro, dans le páramo de Santurban avec son projet Angostura ne fait que refléter cette problématique persistante.

L'exploitation minière ou pétrolière dans ou aux abords d'un páramo exacerbe les conflits sociaux environnementaux. Pacific Rubiales, ou Alange n'est pas la première entreprise canadienne à penser à s'installer aux abords d'un páramo ; GreyStar devenue Eco Oro développe le projet Angostura dans le páramo de Santurban, qui fournit de l’eau à plus de 2,2 millions de Colombien.nes. Le projet initial de mine d'or à ciel ouvert, a été remplacé par un projet de mines sous-terraines suite aux fortes mobilisations du Comité pour la défense de l’eau et du páramo de Santurban, une alliance de presque 40 groupes qui vivent en aval du projet. Ce conflit a donné lieu à un débat national sur les páramos et leurs délimitations, soit la zone de subparamo et la forêt andine, vierge dans sa majorité.

Le Plan national de développement (PND) de 2015-2018, adopté par le gouvernement de Santos, introduit des changements à des lois préexistantes, laissant entre autres la porte ouverte à des exploitations minières et pétrolières dans les zones de páramos. La pression est forte : 448 titres miniers ont été attribués dans 32 des 36 páramos de Colombie, totalisant 118 mille hectares, dont 11 mille qui correspondent à 4 projets pétroliers.

Le projet COR-33 prévoit la construction de quatre plateformes possédant chacune trois puits, pour un total de 18 000 hectares. L’entreprise reconnaît elle-même les impacts socio-environnementaux associés au projet. Le changement de l’usage des sols et l’augmentation des prix des terres, ainsi que la diminution du rendement agricole et la déforestation des zones adjacentes ne sont que certaines des conséquences qui émanent de l’exploitation minière dans le páramo. De plus, les conséquences viennent affecter la composition de la population, les traditions populaires et culturelles, les activités économiques de la région, ainsi que la santé publique tout en provoquant la fuite de la faune, l’altération de la diversité faunique, une pression sur les ressources hydriques, l’érosion et le changement de la stabilité des sols.

Le contrat d'exploration et d’exploitation d'hydrocarbures a été signé en mars 2011. Les habitant.es de la région ont été informé.es du projet fin 2013 et se sont dédié.es à empêcher l’entrée de machinerie pour les activités sismiques. L'examen de licences environnementales a commencé en septembre 2014 et les habitant.es de la région multiplient les requêtes et les demandes d'audience publique. Le 4 juillet dernier, les membres de cinq municipalités se sont réunis pour organiser une coordination régionale contre le projet pétrolier.

"Il n'y a pas de multinationale qui passe au-dessus des paysans de Colombie" : Alange VS Sumapaz


Notes:
1. Mining Watch Canada, « Urgent Action: Protect Vital Wetlands in Colombia from Canadian Mining Project », 21 janvier 2011. http://www.miningwatch.ca/get-involved/urgent-action-protect-vital-wetla...

Autor: 
PASC

Temática: