Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Ciudadela Sucre, chronique d'une lutte pour la dignité

14 Julio 2020

30 juin, CI : Comme prévu, la pandémie révèle des crises structurelles. L'exclusion et la misère sont le pain quotidien de la grande majorité qui est appauvrie par ceux qui nous dépossèdent la terre, la nature et de la force de travail. "Nous voulons vivre, survivre. Maintenant, il n'y a plus de travail, il n'y a plus rien, tout est compliqué", dénonce l'un des jeunes expulsés à Ciudadela Sucre (Soacha, Cundinamarca).

Le dimanche 28 juin, un groupe d'organisations sociales et de défenseurs des droits humains a visité un terrain situé dans les environs de Ciudadela Sucre. La raison était de mener une mission de vérification et de paix, car environ 1 200 familles ont occupé cette terre à la recherche d'un logement décent pour elles à Covid-19.

En arrivant à la Mission, avec quelque 70 personnes issues d'organisations et de processus populaires dédiés à la communication populaire, on pouvait percevoir la grande prévention des gens qui y vivent. Toute leur vie, les institutions et les entités sont venues promettre une aide qui ne vient jamais et ne résoudra jamais les problèmes auxquels elles sont confrontées. Il en résulte de nombreux besoins fondamentaux non satisfaits.

Cependant, en comprenant le but de la mission, son étendue et ses limites, les habitants se sont réjouis et ont emmené des groupes de communicateurs et de défenseurs aux différents points où l'Escadron mobile antiémeute -Esmad-, accompagné de civils qui ne voulaient pas s'identifier, a procédé à l'expulsion des 16 hectares. Tout cela s'est fait sur ordre du maire de Soacha, Juan Carlos Saldarriaga.

Occuper pour habiter

Le 23 juin, entre 1 000 et 1 200 familles ont décidé d'occuper le terrain et de se répartir des carrés de 6 mètres sur 12. Sur ces petites places, ils ont installé des abris en toile et en plastique. Certains d'entre eux y avait posé des toits en aluminium. "Les gens sont venus ici pour voir s'ils pouvaient construire leur petite maison... c'est tout", dit une dame désolée en traînant le matelas avant que l'emplacement de la maison dont elle rêvait ne soit détruit par le feu.


L'équipe de la Personería locale a reçu la mission de vérification à environ 300 mètres de l'endroit où l'ESMAD gazait les gens pour les tenir éloignés de leurs biens, parmi les colonels de la police et de l'armée ainsi que les membres de l'Esmad qui se reposaient avant la prochaine avancée.

Ils ont expliqué que, selon le nouveau code de la police, la Force publique a 48 heures pour intervenir en cas d'occupation des terres (qu'ils appellent invasions). L'opération d'expulsion a été excusée pour cette raison, bien que les expulsions soient en thérie suspendue pour la pandémie. Ils vont le refaire toutes les 48 heures, jusqu'à ce que toutes les terres soient inoccupées, selon la fonctionnaire d'État. Cette interprétation et cette utilisation absurdes de la loi peut durer des semaines ou des mois, en comptant les heures jusqu'à 48.

Ils ont également expliqué que "l'invasion" est située dans une partie d'une zone de protection environnementale. Cependant, au vu et au su de toutes les personnes présentes, des carrières ont été dénoncées pour avoir pollué de nombreux quartiers locaux.

Il est toujours surprenant de voir comment les autorités de l'État chargées de garantir les droits des plus vulnérables, voient les conflits sociaux (et surtout la relation entre les manifestants et les forces publiques) comme une lutte d'enfants pour un bonbon dans une école maternelle. "C'est illégal", "le droit de propriété du propriétaire doit être protégé", "ils sont organisés pour prendre des terres", "ils sont armés"... sont quelques-uns des arguments qu'ils utilisent pour justifier l'injustifiable. Alors que ces fonctionnaires ont un toit sur la tête et peuvent manger à la fin de la journée, ceux qui réclament un logement n'ont même pas assez à manger.

Les occupation de terres

La reprise de terres en friche est une revendication historique à Soacha et dans toute l'Amérique latine. C'est la voie des plus pauvres pour revendiquer le droit au logement. De nombreux grands quartiers du continent ont été construits grâce à une occupation qui s'est accompagnée d'un accord de paiement échelonné avec le propriétaire. Et ils ont tous vécu dans l'informalité jusqu'à ce qu'ils puissent légaliser leur espace.

Doña Marta, une des personnes qui a participé à l'occupation de la Ciudadela Sucre, a dû laisser le logement qu'elle avait avec ses trois filles il y a huit jours. "Il n'y a pas de travail", dit-elle, "je ne pouvais pas payer le loyer. La maîtresse de maison n'en pouvait plus et nous a fait sortir lundi. Hier soir, j'ai donné à mes filles des petits pois avec du sel. Aujourd'hui, je ne sais pas si on me pretera pour les nourrir. Je suis venu ici pour leur donner au moins un toit."

La ville de Soacha est soumise à un système de quarantaine très strict qui comprend le droit de partir une fois par semaine et des couvre-feux la nuit et tous les week-ends. Après plus de trois mois, la situation n'est plus supportable pour des milliers de personnes.

Pandémie de violence

La situation de l'accaparement des terres s'est compliquée le jeudi 24 juin. Duvan Aldana, un jeune homme de 14 ans, a perdu la vie au cours d'une opération de l'Esmad.

Les personnes présentes lors de l'occupation réitèrent que leur manifestation est pacifique. Et pourtant, ils dénoncent que "la seule aide qu'ils nous envoient est l'Esmad". "Pour eux, nous sommes les vandales mais ce sont eux qui viennent ici en tirant", se souviennent-ils. Ils disent qu'ils veulent "la paix et qu'ils font la guerre au peuple".

Ces familles dénoncent également le fait que les médias hégémoniques les présentent comme de dangereux criminels et que les gens ne parlent jamais du problème. Ils ne parlent pas de la mort de l'enfant et n'enquêtent pas sur les trois autres décès possibles qui, bien qu'ils n'aient pas été vérifiés, plusieurs affirment qu'ils se sont produits le même jour.

Le dimanche 28 juin, lorsqu'une partie de la Mission de vérification et de paix s'est retirée, le Esmad est revenu pour attaquer la population. Des événements comme ceux de Ciudadela Sucre vont continuer à se multiplier alors que les niveaux de faim et de misère deviennent de plus en plus insupportables. C'est la survie de millions de personnes dans le monde qui est en jeu.

Ndt: Le 14 juillet jour de la publication de cette traduction la police antiémeute venait de procédé à une nouvelle expulsion, comme toute les 48h depuis de le 23 juin.

Article original: https://www.colombiainforma.info/ciudadela-sucre-cronica-de-una-lucha-por-la-dignidad/

 

 

 

Autor: 
PASC - Colombia Informa