Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Les agrocarburants ou comment se déguiser en vert

9 Marzo 2008

Is Biodiesel Better for our Health? Yes.Breathing in biodiesel is better for our lungs and hearts. When it comes out the exhaust pipe,it even smells better than diesel smoke. Biodieselcan smell like french fries! - National Biodiesel Board 1


Agrocarburants2. Le mot est à la mode, ou plutôt sa contrepartie idéologique « biocarburants », qui laisse croire qu'on participe au sauvetage de notre planète en souffrance. Ils sont partout, dans les journaux quotidiens, dans les plans d'affaires des groupes financiers, dans l'agenda des Ong et des écologistes. Heureusement, toutes les voix ne sont pas des apologies de leur utilisation. Dans la Piedra de 2007, vous avez déjà pu lire un article qui présentait les supercheries écologiques de cette industrie, tant du côté de la Nature que des sociétés humaines: les agrocarburants produisent plus de gaz à effet de serre que les combustibles fossiles, accélèrent la déforestation, menacent la souveraineté alimentaire et l'existence même de la paysannerie. Reste à examiner quelques-uns des pourquois de cette nouvelle ruée vers l'or vert, à qui elle profite vraiment et, en fait, comment elle poursuit la destruction planétaire et l'homogénisation sociale caractéristiques du système capitaliste.

Favoriser une économie vouée à détruire

S'il y a engouement, cela ne vient pas du fait d'une découverte annoncer annoncée par un ange flamboyant apportant une révélation venue des Cieux, vous vous en doutez. Il y a de puissants intérêts et de bien concrètes raisons explicant l'avancée de plus en plus rapide de la production des combustibles dits « verts ». D'après l'Ong GRAIN3, « [p]our les hommes d’affaires comme pour les hommes politiques, les agrocarburants représentent certainement l’une des plus acceptables des énergies “renouvelables” car ils peuvent facilement se caser dans l’économie basée sur le pétrole qui existe actuellement. »4 On fait à une Révolution verte à coup de marketing et de production d'images, en augmentant les profits de puissants conglomérats, en ne changeant rien à l'économie actuelle et en empirant la crise écologique actuelle.

Quelles sont donc ces transnationales qui profitent de cette portion du nouveau marché vert? Tout simplement les plus puissantes du monde, faisant des affaires dans les secteurs automobiles, pétroliers, agroindustriels, biochimiques et biotechnologiques, de même que les plus gros groupes financiers qui soutiennent cette économie grande productrice de gaz à effet de serre (voir le tableau 1 dans la version pdf de la revue ). Elles ont, autant que les élu-es apalogistes de l'économie qu'elles représentent, besoin des agrocarburants pour se maintenir à flot face à une opinion populaire qui se « verdie »5, puiqu'on lui sert quotidiennement des rapports (minimalistes) sur le réchauffement et le changement climatiques et que les signes d'une crise écologique sont incontournables. Ces carburants leur permettent de répondre superficiellement (ou plutôt artificiellement, en « faisant croire ») à la demande de changement dans cette économie à la consommation énergétique élevée, afin  en fait de poursuivre leur course folle de profits et de croissance illimitée.

Ce détournement « vert » de nouveaux combustibles ne permet pas seulement de maintenir le rythme industriel actuel, mais empire la crise environnementale à laquelle nous faisant face de par notre activité insensée. En effet, les agrocarburants aident à continuer à faire rouler les transports, qui produisent à eux seuls 14% des émissions de gaz à effet de serre [GES], tout en amplifiant les émissions de gaz à effets de serre provenant de secteurs non-énergétiques (voir graphique Les émissions de gaz à effet de serre en 20006). Leur culture agmentera la production agricole7 , qui est déjà responsable d'un autre 14% des émissions de GES, en la transformant de surcroit en ce modèle de monocultures industrielles, qui dépend totalement de l'utilisation d'engrais, de produits agrochimiques   et de machinerie, nécessitant tous pétrole, gaz et autres sources de GES. De plus, ce modèle favorise la déforestation directe (coupe de forêts) et indirecte (déplacement de populations paysannes vers des terres à défricher), augmentant ainsi les émissions de GES provenent d'un changement dans l'utilisation des sols, actuellement responsable de 18% du total des GES. Vous disiez verts?

Les intérêts nationaux des puissants

Au Nord8, il y a une autre raison de craindre un ralentissement potentiel de la machine industrielle actuelle, bien au-delà de l'opinion publique: la crise des combustibles fossiles. Non seulement leur existence même tire à sa fin (le débat tourne seulement autours du nombre d'années avant l'épuisement de réserves), mais actuellement ils se trouvent dans des lieux considérés comme géopolitiquement instables par les gouvernements du Nord, comme le Moyen-Orient et le Vénézuela, parce que ce ne sont pas des gouvernements pantins de leurs administrations.
Le National Biodiesel Board (états-unien) affirme dans un document éducatif (Biodiesel For Kids9) que les agrocarburants permettront au pays de devenir indépendant énergétiquement. Vraiment? Selon Mario Alejandro Valencia Barrera de la revue colombienne Deslinde, « on estime que les plus grands producteurs auraient besoin d'entre 30% (États-Unis) et 72% (Union Européenne) de leurs récoltes actuelles pour ajouter 10% [d'agrocarburants] aux combustibles »10. GRAIN en rajoute, affirmant que « [m]ême si toutes les récoltes de céréales et de soja du pays EEUU servaient à produire des agrocarburants, elles ne pourraient satisfaire que 12% de l’actuelle soif d’essence du pays et 6% de ses besoins en diesel ».11 Au Canada, la situation est semblable (voir article sur le sujet).

 Les pays du Nord ne mettront pas en péril leur production alimentaire interne, dont dépendent les citoyens, de nombreuses industries, mais aussi les relations économiques mondiales, pour ne produire que des carburants. Par conséquent, pour s'assurer de maintenir le rythme actuel des machines faisant vire leurs économies, les « gouvernements [du Nord] et leurs entreprises prévoient d’encourager, surtout dans les pays du Sud, les cultures destinées à la production de biodiesel et d’éthanol.»12

Quel intérêt pour les pays du Sud?

Là-bas, les gouvernements sont soient vendus à ou forcés d'accepter la doctrine néolibérale:  ouverture des marchés et développement par la simple croissance économique, transformation d'économies autochtones locales et à petite échelle en cultures d'exportation où les paysan-nes n'en sont plus mais deviennent des salarié-es, ad nauseam – comme le gouvernement colombien d'Uribe, dont le ministre de l'agriculture affirme : « Très bonnes nouvelles pour les agriculteurs:
d'énormes marchés supplémentaires et, donc, des prix internationaux et nationaux élevés »13. Dans ces pays, il y a des terres fertiles propice à « la réintroduction de l’économie coloniale de la plantation, redéfinie pour fonctionner selon les règles du monde moderne, néolibéral et globalisé » (GRAIN). Cet ordre des choses sert les intérêts économiques des pays du Nord, en maintenant le Sud dans son rôle de producteur de matières premières destinées à l'exportation pour les marchés riches, les rendant ainsi politiquement plus contrôlables car toujours plus dépendants des importations alimentaires et manufacturières provenant des pays développés. Également, ce modèle économique implique une contre-réforme agraire concentrant les terres entre les mains des investisseurs, la disparition de la paysannerie et l'établissement du salariat pour toute cette frange de la population (enfin, celle qui ne se retrouve pas simplement dans la misère abjecte des déplacé-es), finalisant son entrée dans le Marché, toujours accompagné de son corrolaire, un contrôle social accru, amélioré, homogénéisant, non-propice à la contestation et aux luttes émancipatrices.
Tout ceci sert aussi une certaine classe, oligarchique et possédant un fort pouvoir politique dans ces pays. En Colombie, par exemple, les groupes paramilitaires voulant légaliser les terres et l'argent volées, ainsi que les grands groupes producteurs de sucre voulant augmenter leur marge de profit, ont pressionné le gouvernement pour que celui-ci établisse toutes sortes de lois bourrées d'avantages économiques pour les productions destinées aux agrocarburants. Ces mêmes lois servent aussi à encourager les paysan-nes, déjà étranglé-es par des marchés saturés de produits étrangers à prix plus compétitifs, à changer leur production et à abandonner leurs terres.
Et tourne joyeusement la roue du Développement économique!

Les « biocombustibles » sont un des meilleurs exemples actuels de récupération, désémentisation et détournement d'une image et d'un message (« Sauvons la planète! ») pour le bénéfice d'une poignée de riches investisseurs, au détriment tout le reste. Ces méthodes sont un apanage classique du Capitalisme., dans tous les secteurs; ne soyons pas dupes!

 Si, comme le dit  Henry Kissinger14: « Qui contrôle le pétrole contrôle des nations entières; qui contrôle la nourriture contrôle les gens », que fait-on quand un produit vendu comme écolo donne autant de pouvoir sur les deux à une poignée de transnationales?

Pour en savoir plus
http://www.grain.org/go/agrocarburants [fr – aussi en eng et esp]
http://mavalencia.blogspot.com/2007/10/el-negocio-de-los-agrocarburants-y.html [esp]
http://www.wrm.org.uy/bulletinfr/112/vue.html

Publié dans La Piedra en el Zapato, no 4, mars 2008 Aussi: Les agrocarburants au Canada

1-Le National Biodiesel Board est, selon leur site www.biodiesel.org, l'association commerciale nationale représentant l'industrie du biodiesel aux États-Unis. Le Biodiesel est un carburant renouvelable domestique pour les moteurs diesel élaboré à partir de dérivés d'huiles naturelles telles que l'huile de soja (traduction libre).

2-Les agrocarburants les plus en vogues sont le biodiesel, obtenus à partir de plantes oléogineuses (comme la plame africaine, le canola ou le soja) et l'éthanol, provenant de la fermentation de la cellulose ocntenue dans les végétaux (tels le  maïs, la canna à sucre ou le blé).

3-GRAIN est une organisation non gouvernementale internationale (ONG) dont le but est de promouvoir la gestion et l'utilisation durables de la biodiversité agricole fondées sur le contrôle exercé par les populations sur les ressources génétiques et les connaissances locales. www.grain.org [eng, fr, esp].

4- Revue Seedling, publiée par GRAIN, juillet 2007. http://www.grain.org/seedling/?type=70.

5- La conscience verte de la population, bien que limitée aux sujets de surface qui lui sont présentés et qui ne remettent jamais le système en question, pressionne les élu-es à faire des pirouettes.]

6- Revue Seedling, publiée par GRAIN, juillet 2007. http://www.grain.org/seedling/?type=70

7- « [E]nsemble, l’Afrique sub-saharienne, l’Amérique latine et l’Asie de l’Est peuvent fournir à l’avenir plus de la moitié de la totalité des agrocarburants nécessaires, mais seulement si “les systèmes de gestion agricoles actuels inefficaces et peu intensifs sont remplacés d’ici 2050 par les meilleures pratiques de systèmes de gestion et de technologies agricoles” » - GRAIN, Op. Cit., citant  E. Smeets, A. Faaij, I. Lewandowski, “A quick scan of global bio-energy potentials to 2050: analysis of the regional availability of biomass resources for export in relation to underlying factors”, Copernicus Institute, Utrecht University, mars 2004.

8- Le terme a ses limites, entre autres en minimisant les différences interne entre les différentes classes sociales, mais il sera utilisé ici car il symbolise bien et simplement les rapports mondiaux.

9- http://www.biodiesel.org/pdf_files/fuelfactsheets/kids_sheet.pdf

10- Traduction libre de Mario Alejandro Valencia Barrera - El negocio de los agrocarburants y la crisis energética: Peor el remedio que la enfermedad. Revista Deslinde No. 42, septembre à novembre 2007.

11- Revue Seedling – GRAIN, Op. Cit., citant Brian Tokar, “Running on Hype”, Counterpunch, novembre 2006. http://tinyurl.com/w5swf.

12- Bulletin 112 du Mouvement mondial pour les forêts tropicales, nov. 2006 -  http://www.wrm.org.uy/bulletinfr/112/vue.html.

13- Traduction libre de Andrés F. Arias (Ministre colombien de l'Agriculture et du Développment rural – Biocombusibles en Colombia, 6 février 2007 - http://web.presidencia.gov.co/columnas/columnas215.htm [esp].

14-Diplomate américain ayant occupé le poste de Conseiller à la Sécurité nationale et de Secrétaire d'État du gouvernement Nixon et ayant baigné dans le coup d'État au Chili (« Nous n'allons pas laisser un pays basculer dans le communisme à cause de l'irresponsabilité de ses citoyens »), la poursuite de la guerre du Viet-Nam et l'invasion du Timor Oriental, entre autres. « Control the oil and you control entire nations; control the food and you control the people »

Autor: 
PASC

Fuente: 

Temática: 

Files: