Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Des scientifiques s'unissent pour dire "non" à l'exploitation minière à Santurban

17 Février 2019

« Nous invitons les organismes de réglementation de l'environnement à prendre les mesures nécessaires pour arrêter le projet d'exploitation aurifère dans Santurbán et promouvoir les activités de préservation et de restauration des paramos et des forêts des Andes. »

Le paragraphe précédent ne fait pas partie des protestations fréquentes de la communauté de Santander pour s'opposer à l'exploitation aurifère dans le paramo de Santurbán, ni d'une déclaration de l'un des mouvements écologistes qui insistent sur la nécessité de ne pas mener à termes le projet Soto Norte, dont la société MINESA (qui s'est désistée, pour l'instant de sa licence environnementale) vise à extraire 255 millions de grammes d'or. L'invitation fait partie d'une lettre publiée dans Science, l'une des revues les plus prestigieuses du monde scientifique.

Le document est signé par 14 chercheurs renommés de huit pays. Dirigés par l'Oscar Alejandro Perez-colombien Escobar, expert en orchidée, ils expliquent pourquoi les projets d'exploitation à grande échelle ne doivent pas se faire dans un milieu fragile comme les paramos et les écosystèmes forestiers brumeux. Les Colombiens Rodrigo Bernal, autorité mondiale à Palmas; Mauricio Diazgranados, l'une des personnes qui ont fait le plus de recherche sur les frailejones et Carlos Jaramillo, lié à l'Institut Smithsonian (USA) paléontologue, sont quelques-uns des scientifiques qui ont signé la lettre. Alexandre Antonelli est également un leader mondial de biogéographie des tropiques américains et lié au Département des sciences biologiques et environnementales de l'Université de Göteborg ; Richard Bateman, expert en évolution des orchidées, et Guillaume Chomicki, de l'Université d'Oxford.

L’avertissement de ce groupe d’experts est clair: "Les páramos fournissent de nombreux services, tels que l’alimentation en eau de millions de personnes. Ils sont également extrêmement sensibles aux perturbations et difficiles à restaurer. " De plus, écrivent-ils , un projet comme celui qui est prévu dans Santurbán, qui ne laissera que 2 milliards $ de bénéfices à la Colombie, va générer le déplacement de certains établissements humains. Cet écosystème sera fragmenté, ce qui pourrait menacer d’extinction plusieurs espèces de la flore et de la faune.

La lettre est précieuse, selon Óscar Pérez, PhD de l'Université Ludwig-Maximilians à Munich, puisqu'elle apporte un soutien de la communauté scientifique à la population de Santurbán. « Ce que nous craignons d'un projet comme celui-ci, qui serait l'une des plus grandes mines souterraines à l'échelle mondiale, est qu'il ait un impact sur les aquifères. Cependant, ce ne sont pas seulement des impacts sur l'écosystème. Cela va beaucoup plus loin. Cette exploitation minière aurait une incidence sur la composante sociale ", a-t-il déclaré à Londres.

En des termes plus détaillés, Pérez explique que les paramos, en plus d'être précieux pour l'approvisionnement en eau, ont une importance unique: « Ils contiennet un groupe de plantes qui, globalement, se sont diversifiées assez rapidement. En quelques millions d'années, des centaines d'espèces ont été produites, dont beaucoup sont endémiques. Ils sont uniques pour comprendre comment la vie est apparue sur les paramos et les forêts de brouillard, et il serait dommage de les perdre pour l'exploitation minière ».

 

Traduit de : https://www.elespectador.com/noticias/medio-ambiente/cientificos-se-unen...?

Auteur: 
El Espectador