Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Des étudiantEs en Colombie poursuivent leur grève pour une éducation publique

11 Novembre 2018

Les négociations entre le gouvernement national et le mouvement étudiant ont été suspendues après le refus gouvernemental de négocier l'octroi de ressources financières supplémentaires en 2018. Les étudiants poursuivront les mobilisations et se préparent pour une grande journée d'action le 8 novembre.

Des étudiantEs et des professeurEs colombienNEs sont en grève depuis plusieurs semaines et dans certaines universités, depuis plusieurs mois. Une soixantaine d'établissements d'enseignement supérieur publics et privés ont souscrit à la liste de revendications présentée au gouvernement et au congrès le 27 septembre dernier par l'Union nationale des étudiantEs de l'enseignement supérieur (UNEES). La principale demande est que le gouvernement national augmente le financement de l'éducation publique. Les étudiants se préparent également pour une autre grande mobilisation le 8 novembre. [NDT : mobilisations durement reprimées, le mouvement syndical se joindra aux mobilisations dans les prochains jours]

Le 6 novembre, le premier cycle de négociations s'est tenu entre le gouvernement national et des représentants de l'UNEES et d'autres organisations étudiantes. L’objectif était de débattre de la crise de l’enseignement supérieur dans le pays et de points particuliers de la liste de revendications de l’UNEES, telles que les ressources nécessaires aux universités publiques et le budget 2019 pour l’enseignement supérieur public. Étaient également présents à la discussion les bureaux de l'inspecteur général, du contrôleur général et Alberto Brunori du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

Les négociations ont été suspendues après que le gouvernement ait refusé de transiger sur une augmentation des ressources financières destinées aux universités publiques et aux établissements technologiques afin de résoudre le déficit énorme des établissements pour 2018. La résolution du déficit de 2018 a été une revendication centrale des organisations étudiantes et du corps professoral. Les leaders étudiantEs ont appelé le mouvement à accroître la pression sur le gouvernement et à intensifier les mobilisations.
 

Les négociations ne sont pas le résultat de la bonne volonté du gouvernement, mais le résultat de mobilisations soutenues, créatives et fortes menées par des étudiantEs et des professeurEs. Partout au pays, les étudiantEs ont utilisé une grande diversité de tactiques pour attirer l'attention sur leurs revendications, caractéristiques du mouvement étudiant. À l’Halloween, des élèves de différentes villes de Colombie ont participé à des «marches de zombies» massives, montrant la «mort» de l’enseignement public. Sur certains campus, il y avait des «bisous-thons» pour l'éducation publique.


Dans plusieurs universités, des étudiants, des professeurs et des membres du corps enseignant ont participé à des grèves de la faim pour exiger que le gouvernement engage des négociations. Par exemple, Adolfo León Atehortúa, ancien président de l'Université pédagogique nationale et professeur à la faculté des sciences humaines, a fait une grève de la faim pendant neuf jours pour demander au ministère de l'Éducation d'entamer un dialogue avec le mouvement étudiant et de répondre à leurs demandes.

Les étudiants ont également occupé des installations clés de leurs universités. Le niveau constant et constant de mobilisation au niveau national a été déterminant pour que le mouvement progresse avec la demande.

Le mouvement a également fait l’objet d’une forte répression de la part de la force publique colombienne, en particulier l’escadron mobile anti-dérangement (ESMAD). Cette force a été créée pour réprimer les manifestations. Depuis sa création en 1999, elle est au centre des violations des droits humains, notamment de l'assassinat d'un étudiant, le manifestant Jhonny Silva, à l'université de Valle en 2005. Bien que la loi n'autorise pas l'accès aux campus universitaires, ESMAD a pénétré sur plusieurs campus lors d'activités de grève pour réprimer les étudiants. La vidéo suivante les montre en train d'entrer de force à l'Université de Nariño et de projeter des gaz lacrymogènes sur des étudiants.

Et à l'Université Valle:

Avant les discussions entre le gouvernement et le mouvement étudiant, le président Ivan Duque s'est entretenu avec les présidents de 32 universités publiques colombiennes pour discuter de la crise budgétaire. Leur accord a été rejeté par le mouvement étudiant, non seulement parce que le budget proposé ne serait pas suffisant, mais également parce qu'il excluait complètement la voix des étudiantEs et des professeurEs qui étaient dans la rue et qui formulaient des propositions et des revendications. Les présidents des universités ont également demandé aux étudiants de mettre fin à leur grève.

Pour en savoir plus sur les exigences de la manifestation et de la création de l'UNEES, lisez #SOSPublicUniversities: des étudiants colombiens en grève pour défendre l'éducation publique.

[Au moment de publier cette traduction nous étions informé de la sevére répression subit le 8 novembre et de nouvelles convocation de mobilisations dans les jours á venirs] plus d'information en anglais: https://peoplesdispatch.org/2018/11/13/colombian-students-remain-defiant-despite-massive-repression-against-november-8-march/

 

Auteur: 
Peoples Dispatch