Projet Accompagnement Solidarité Colombie

I 69 - La Brigade XVII menace le retour des afrodescendants et métisses. Judicialisations contre les membres des Zones Humanitaires du Jiguamiando

14 Marzo 2006

Aux alentours de Bajirá on charge 10 000 pesos (35 $US) à chaque famille participant au programme guardabosques et sont également réalisées des actions de contrôles de la part des autorités militaires et policières. Pendant ce temps, HERMEN DE JESUS MUÑOZ GONZALEZ, aussi appelé DIOMEDES, a été arrêté le 17 février dernier à Apartadó pour être un des responsables de l’assassinat d’Orlando Valencia. En remplacement, opère de facon totalement illégale un homme appelé ANDRES MORENO.

Au cours de la même période, des militaires de la Brigade XVII ont faussement affirmé que sur la propriété du patriarche Enrique Petro sont venus des hommes armés de la guérilla, que les accompagnateurs et accompagnatrices internationaux sont des guérilléros, tout comme les familles déplacées qui désirent affirmer leur droit de retourner vivre dans le Curvaradó.

Les affirmations de membres de la Brigade XVII sont absolument graves et préoccupantes, pouvant même servir de justifications à de nouvelles actions paramilitaires contre la vie et l’intégrité des afrosdescendants et métisses qui habitent la région. Bref, cela pourrait générer de nouvelles actions armées contre tous ceux et celles qui désirent retourner vivre dans une Zone Humanitaire dans le Curvaradó et qui profitent d’ailleurs de mesures de protection provisoires dictées par la Cour Interaméricaine de Droits Humains (CIDH). Les fausses affirmations méconnaissent totalement les principes directeurs sur le droit à une présence humanitaire internationale.

Au cours des 5 derniers mois, des observateurs internationaux du Canada, des États-Unis et d’Europe, ainsi que des membres de l’église presbytérienne et catholique en Colombie, ont accompagné les communautés afrodescendantes et métisses qui sont affectées par l’ensemencement de palme africaine sur leurs propres terres volées à feu et à sang. Cela a permis de protéger un espace de dialogue à l’intérieur duquel les familles déplacées ont pris la décision de retourner sur une propriété du Curvaradó pour y créer une Zone Humanitaire.

Bogotá, D.C 14 mars 2006
COMISION INTERECLESIAL DE JUSTICIA Y PAZ

 

Autor: 
Justicia y paz

Fuente: 

Temáticas: 

Region: