Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Alvaro Uribe va-t-il enfin payer pour ses crimes ?

8 Octubre 2019

Aujourd'hui, l'ex-président Álvaro Uribe a comparu devant la Cour suprême alors que des centaines de personnes se sont mobilisées pour soutenir le processus contre lui et pour exiger qu'il paie enfin pour ses crimes.

Aujourd'hui est un jour historique en Colombie. L'un des dirigeants les plus controversés, Álvaro Uribe Velez comparaît devant la Cour suprême de Colombie pour être interrogé dans une affaire de manipulation de témoins et de fraude. M. Uribe est actuellement impliqué dans plus de 270 affaires juridiques qui portent sur des accusations d'écoute électronique illégale, de crime organisé, d'assassinats sélectifs, de disparitions forcées, pour n'en nommer que quelques-unes, et c'est aujourd'hui le premier jour où il devra répondre de certains de ses crimes.

Des membres de mouvements sociaux, de partis politiques, d'organisations de défense des droits de l'homme et d'organisations de victimes se sont rassemblés dans la capitale Bogotá, devant la Cour suprême, pour soutenir l'organisme et le processus judiciaire. Partout au pays, des militants ont déposé des bannières, peint des graffitis et se sont mobilisés pour déclarer "Uribe coupable". Pendant ce temps, de petits groupes d'Uribistas, la tendance politique d'extrême-droite menée par Uribe lui-même, et des membres de son parti du Centre démocratique se sont mobilisés en faveur de l'ancien président.

Des membres de mouvements sociaux et d'organisations de défense des droits de l'homme se sont rassemblés devant la Cour suprême tout au long de la journée.

Sebastian Quiroga, porte-parole de l'organisation politique Ciudad en Movimiento (Ville en mouvement), a expliqué à Peoples Dispatch la signification politique de l'ancien président pour le peuple colombien : "Álvaro Uribe a été président entre 2002 et 2010, période au cours de laquelle il a mis en œuvre la politique de sécurité démocratique, censée combattre la guérilla, mais en réalité il s'agissait d'un projet visant à consolider un modèle économique et politique qu'il représente et pour lequel il travaillait. C'est le modèle économique du trafic de drogue, des grands propriétaires terriens, de l'exploitation de la terre, de l'exploitation des personnes, des mines, des grands éleveurs de bétail, des mégaprojets, des investissements étrangers et des investissements privés."

Quiroga a souligné que "Álvaro Uribe représente la mort et les menaces. C'est une personne terrible dans l'histoire du pays. Sous son gouvernement, de nombreux massacres atroces ont été commis, les droits de l'homme ont été violés, l'opposition a été persécutée, les téléphones de l'opposition, les juges et les défenseurs des droits humains ont été mis sur écoute. Álvaro Uribe représente la relation de la classe politique à la criminalité dans son expression la plus éhontée et explicite."

Comment Uribe a-t-il finalement été traduit devant la Cour suprême ?

En 2012, le sénateur Iván Cepeda, défenseur des droits humains et fils de Manuel Cepeda Vargas, membre de l'Union patriotique assassiné en 1994 par des paramilitaires, a tenté de prouver au système judiciaire colombien qu'Uribe était lié aux structures paramilitaires du pays. Il a spécifiquement accusé Uribe et son frère Santiago Uribe Vélez de participer à la création du bloc métro des Forces unies d'autodéfense de Colombie (AUC).

En réponse à cette affaire, Uribe a dénoncé Cepeda pour avoir prétendument soudoyé d'anciens paramilitaires afin qu'ils témoignent contre lui. L'inspecteur général de l'époque, Alejandro Ordóñez, a enquêté sur lui et n'a trouvé aucune preuve à l'appui des accusations d'Uribe.

En 2018, la Cour suprême a décidé de classer l'affaire contre Cepeda mais a ouvert une enquête sur l'ancien président Uribe pour avoir prétendument manipulé des témoins et commis une fraude procédurale.

Les preuves contre Uribe sont accablantes. Dans cette affaire, 42 témoins, dont plusieurs paramilitaires condamnés, ont tous admis avoir été contactés par l'avocat d'Uribe, Diego Cadena, afin de retirer leur témoignage dans l'affaire Cepeda contre Uribe.

L'un des principaux témoins est Juan Guillermo Monsalve, actuellement en détention spéciale à la prison de La Picota à Bogotá. Il a été reconnu coupable de crimes d'extorsion, d'enlèvement et de complot en vue de commettre un crime, et le procureur général a confirmé qu'il faisait partie du bloc Metro des AUC à Medellín. Monsalve a été interviewé par Cepeda en 2011 pour aider à monter le dossier contre Uribe, mais Diego Cadena l'a contacté plus tard pour retirer son témoignage et en échange lui a offert ses services en tant qu'avocat. Toute leur conversation a été enregistrée.

Malgré ces preuves accablantes, Uribe et ses partisans ont soutenu qu'il est innocent et insistent sur le fait que tout ce qu'il a fait était dans l'intérêt de la Colombie. Hier soir, quelques heures avant de comparaître devant le tribunal, Uribe a déclaré : "Je n'ai jamais pensé que la défense de l'honneur et de mon amour de la Colombie, de front et à l'égard des citoyens, conformément à la Constitution, créerait ces difficultés juridiques pour moi". Ivan Duque, l'actuel président et protégé politique d'Uribe, s'est exprimé hier en faveur d'Uribe et a déclaré que "c'est une personne qui a donné sa vie pour servir la Colombie".

Le leader social Sebastian Quiroga a cependant souligné que chaque jour Uribe perd sa légitimité et son soutien et que ses partisans ont lancé des attaques désespérées contre Cepeda et l'opposition politique pour tenter de distraire la conversation. Cependant, a-t-il affirmé, le peuple colombien et les secteurs anti-Uribista sont résolus dans leur défense du système judiciaire et de la nécessité de la vérité.

Que pourrait-il se passer aujourd'hui ?

Après l'interrogatoire approfondi qu'Uribe va subir aujourd'hui, il y a plusieurs possibilités. La Cour pourrait clore l'enquête si elle estime qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour accuser Uribe de corruption et de fraude. Dans le cas où ils décideraient de poursuivre le processus et de le traduire en justice pour l'un des crimes ou les deux, ils décideraient alors si Uribe sera autorisé à se défendre en liberté ou s'il devrait être emprisonné à titre préventif.

Alors que l'affaire en cours contre Uribe ne représente qu'une fraction des crimes qu'il a commis, les organisations de défense des droits humains et de victimes ont applaudi le système judiciaire colombien. Quiroga explique l'importance de ce moment : " C'est la première fois depuis la fin du mandat présidentiel d'Alvaro Uribe qu'il va se présenter à la barre suite à une dénonciation. Il y a cette idée qu'Uribe est intouchable parce qu'il est l'un des plus grands criminels du pays et il semble que personne ne puisse enquêter sur lui. Aujourd'hui est donc extrêmement important puisque c'est la première fois que cela se produit et nous espérons que le système judiciaire pourra faire avancer l'affaire et le faire payer pour les crimes qu'il a commis dans le pays".

Autor: 
Zoe PC