Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Le bureau du procureur et l'entreprise Frontera Energy s'en prennent aux leaders des mobilisations

29 November 2018

Tôt dans la matinée du 27 novembre, 8 leaders communautaires  ont été arrêtés pour avoir participé à des manifestations pacifiques afin de dénoncer la violation des accords conclus avec la société pétrolière canadienne Frontera Energy dans la zone d'influence du bloc Cubiro à San Luis de Palenque Casanare.Parmi les détenus figurent le leader communautaire de la municipalité de San Luis Ferney Salcedo et son épouse, Yulibel Leal, ainsi que d'autres dirigeants tels que Jesús Leal Salcedo du chemin Platanales, Teresa Rincón et Eliecer Rincón de la Vereda la Venturosa, Salcedo Betancur Jerónimo de la Vereda el Tigre, Migul Angel Rincón et Carmen Iradia Salcedo, tous leaders communautaires et du mouvement paysans qui ont participé aux négociations en vue de déposer une liste de revendications relatives aux violations de la société Frontera Energy anciennement Pacific Rubiales dans la municipalité de San Luis de Palenque Casanare. Cette situations dure depuis depuis août 2017 [1].

Après plusieurs tentatives infructueuses de négociation  sur la base d'une liste de revendications de 2012 entre les communautés et Frontera Energy et l'épuisement de tous les mécanismes de dialogue, les communautés ont été contraintes d'exercer leur droit légitime de manifester. C'est pourquoi plusieurs manifestations pacifiques ont eu lieu à San Luis de Palenque en 2017 et 2018. La société pétrolière a toujours réagi par le recours à la force et à la répression, plutôt que par le dialogue et la consultation des communautés qui revendiquent leurs droits, notamment à un investissement social et au respect de l'environnement.Les responsables sociaux de Casanare avaient déjà exprimé leur crainte d'être poursuivis en justice suite aux mobilisations.

Le 19 novembre, ils s'étaient présenté volontairement à la Direction de la Section du Procureur de Casanare, activités lors de laquelle le Procureur avait indiqué qu'aucune enquête pénale n'avait été ouverte à l'encontre des leaders sociaux de Casanare [2]. En contradiction aves les arrestations musclées du 27 novembre de 8 dirigeants de Casanare lors d'une démonstration de force inutile puisque les responsables sociaux avaient également indiqué devant le Bureau du Procureur leur volonté de comparaître volontairement si nécessaire.

 

[1] –Frontera Energy y Fiscalía unidas para judicializar a comunidades que reclaman sus derechos 

[2] –Fredy Encinales – Plantón frente a la Fiscalía por judicialización de líderes sociales

Author: 
Trochando Sin Fronteras

Theme: